Header statistic block

La dernière contribution
La meilleure vidéo
Les dernières commentaires
Portrait de admin
admin

Petitlien fr/63d4

Portrait de Ha Matka
Ha Matka

À faire !

Portrait de Ha Matka
Ha Matka

C'était super !

Portrait de Phuong Phénix
Phuong Phénix

I remember my first time playing the Phoenix game in the rain like that. It was...

ARBRE FOU (-17) - FAKON

la frustration égocentrée

 

 

« Pour vivre en paix je bannis tout scrupule ! »

 

Louis-Adrien DUPERON DE CASTERA, Le Phénix

 

 

 

Le Monde de L’Arbre Choquant :

 

Frustration

Cynisme

Négligence

Raideur

Nombrilisme

Intolérance

Envie

Cupidité

Vampirisme

 

L’Arbre Fou exprime l’égocentrisme brutal, la frustration qui rabougrit et l’ambition aux dépends des autres, arc-boutée sur ses positions. La vie obsédée par son expansion végétative : nous nourrir, nous reposer, continuer, lutter, ne rien viser d’autre que notre propre survie. Croître plus haut, plus fort, plus dur que nos voisins. Et finalement, nous autodétruire, parce qu’on ne s’épanouit jamais contre les autres, mais toujours avec eux. C’est ce que symbolise l’archer qui brandit son arc avec une flèche pointée sur sa tête : à trop avoir besoin de se placer au centre et de supplanter les autres, on finit par se suicider.

 

Ambition aveugle et malsaine, ressentiment vis-à-vis de tout ce qui nous dépasse, tels sont les deux déboires extrêmes de L’Arbre Fou. Plus banalement, cette Flamme est celle du nombrilisme instinctif qui accable l’entourage sans même y prendre garde. La frustration conduit souvent à cette nocivité : ne pas nous sentir vivre à la hauteur de nos potentialités, ne pas nous étirer jusqu’au bout de nos rêves, cela nous rend acariâtre, rigide, avare de nous-même, crispé sur nos privilèges, dépourvu de tolérance et de bonté. L’abri vivace de L’Arbre se change en coffre-fort d’un ego verrouillé. Même quand il aime, il fait de l’ombre. Une verticalité souveraine mais incapable d’élan créateur.

 

Cette cupidité du cœur cache mal une peur du changement et de l’avenir – avec son lot d’imprévu. L’Arbre Choquant plante en effet ses racines dans le marais du pessimisme. On ne peut même pas lui en vouloir, car sa brutalité est sans mobile. Il rumine sa mort prochaine, la disparition des bonnes grâces et des envols printaniers. Il trouve idiotes et contreproductives l’utopie et la commisération. Il néglige son univers comme il se néglige lui-même, et enrobe ses tares de cynisme en croyant les faire passer pour un modèle de bon sens et de bon ton. C’est l’immobilisme qui appelle au secours, l’égoïsme qui vante ses propres mérites et largesses, et, le plus mesquinement du monde, se décharge de ses responsabilités sur les branches voisines. C’est le coupable qui n’a même plus l’illusion de son innocence mais qui ne sait plus demander pardon.

 

L’Arbre Fou en proverbes:

 

« Il est en péril celui qui n’estime que son opinion. »

 

« L’arbre qui s’accapare le soleil néglige ses racines. »

 

« Dureté de l’écorce, vieillesse précoce. »

 

Voulez-vous créer une entrée ?